Publicité

Article

PRISM: qu’est-ce que la NSA pourrait savoir sur moi?

Baptiste Brassart

Publié

Des soupçons pèsent quant à un éventuel programme de surveillance appelé PRISM et mis en place par la NSA, l’Agence Nationale de Sécurité Américaine. Ce dernier aurait permis aux agents de la NSA et du FBI d’accéder de manière privilégiée aux informations stockées sur les serveurs de 9 acteurs incontournables du Web dont Facebook, Apple, Google et Microsoft.

Faisons donc la liste de toutes les informations que le gouvernement américain pourrait avoir à mon sujet si les soupçons d’espionnage se confirmaient.

Siège de la NSA

À l’heure où les plaintes se multiplient – les entreprises concernées ont rejeté la grande majorité des accusations – j’aimerais tout de même savoir quelles informations privées Google et Facebook emmagasinent à chaque fois que je surfe sur le Web.

Cet article retranscrit le ressenti et l’expérience individuelle d’un membre de l’équipe Softonic; les points de vue ici énoncés sont strictement personnels.

Faisons une petite liste de tous mes services connectés : la clé de voûte de tous les services du géant Google, c’est la recherche. Or aujourd’hui, je n’utilise plus que Google pour mes recherches Web. Utiliser Google est devenu un réflexe, une manie, une habitude. Je suis sûrement naïf mais j’ai l’impression que les résultats de Google me conviennent plus.

Google archive toutes mes recherches sur le Web ainsi que celles passées depuis mon smartphone (notez que je suis un utilisateur chevronné de Chrome, plus beau, plus simple, plus rapide que Firefox). Ils doivent donc être au courant de tous mes centres d’intérêt, certes…

Comme Google lit les mails de ses utilisateurs, ils doivent aussi savoir où je compte partir en vacances, à quelle date, quel hôtel j’ai réservé, etc…

Services Google

En parlant de voyages, je poste mes meilleures photos sur Picasa. C’est le meilleur moyen que j’ai trouvé pour accéder à tous mes fichiers depuis mon smartphone. Donc Google sait exactement quels endroits j’ai eu la chance de visiter durant ces 5 dernières années. En poussant le bouchon un peu loin, je suis sûr qu’ils seraient capables de deviner qui sont mes amis en utilisant une technique de reconnaissance faciale – Facebook a d’ailleurs déjà tenté d’implémenter son outil de reconnaissance faciale avant de se faire taper sur les doigts.

Il y a Google Maps que j’utilise fréquemment depuis mon dispositif mobile. La fonctionnalité de GPS est juste bluffante et si pratique! Si Google monitorise mes déplacements, ils savent quel est mon dentiste, où habite telle ou telle personne, etc.

Dans Google Drive, je conserve religieusement mes documents les plus sensibles. Ils sont tellement importants que je ne pourrais même pas vous dévoiler de quoi il retourne dans cet article. Seul Google y a accès…

Services dans le cloud

Prenons ensuite toutes les applications téléchargées sur mon téléphone Android. Cela leur permet aussi d’en savoir plus sur moi. Ils savent combien de temps je passe à trier mes mails, quels sont mes jeux préférés et bien plus encore.

Arrive maintenant YouTube. Comme toute personne connectée sur Internet, je passe beaucoup de temps à regarder des vidéos sur YouTube. D’ailleurs, si Internet devait se limiter à un seul service, je ne garderais probablement que celui-là. Depuis quelques mois, je suis submergé de recommandations, que cela soit sur l’appli mobile ou sur le Web. Grâce à ses algorithmes hyper-sophistiqués, Google scrute automatiquement tous les contenus que je visionne.

Vous noterez que je me suis simplement cantonné à Google. On aurait pu ajouter à la liste Facebook, Twitter ou encore tous les iDevices d’Apple.

En clair et je ne pense pas être le seul internaute dans ce cas, il n’y a plus de retour en arrière possible. J’ai confié une très grande quantité d’informations confidentielles à Google et je tiens à ce que ces dernières soient sécurisées à 100%. C’est pourquoi il est important de s’assurer que toutes les exceptions à la règle en termes de confidentialité soient encadrées par la loi.

Et vous, avez-vous peur pour votre vie privée sur Internet?

Vous aimerez aussi