Publicité

Call of Duty : Ghosts Test – Ce que vous devez savoir avant de l’acheter

Call of Duty : Ghosts Test – Ce que vous devez savoir avant de l’acheter

Premier épisode de la saga à sortir sur PS4 et Xbox One, Call of Duty: Ghosts serait le jeu indispensable de la prochaine génération de consoles selon Activision. Voyons ensemble si ce FPS a vraiment les moyens de ses ambitions.

Nous sommes dans l’espace, dans ce qui semble être une station spatiale américaine. Très vite, tout s’accélère. On me tend une mitrailleuse, on me tire dessus, ça explose dans tous les sens. Waouh, me dis-je. Dès les premières minutes de jeu, Call of Duty: Ghosts nous en met plein la vue dans le plus pur style des blockbusters américains. C’est drôle, on dirait presque Gravity me souffle-t-on… Moi, ce niveau de Call of Duty: Ghosts me fait plutôt penser à un autre film…

Vous vous souvenez de Moonraker? Mais oui, ce film où James Bond remonte la piste d’un savant fou de Venise à Rio pour finir propulsé dans l’espace à combattre des bonshommes en combinaisons pastel à grand coups de pistolet laser? Une avalanche de scènes plus rocambolesques les unes que les autres. Le meilleur du pire. C’est kitch, tout est en carton-pâte, on voit les ficelles à des kilomètres, un peu comme dans Call of Duty: Ghosts en fait…

Un scénario sans relief


Dans un contexte de crise économique mondiale, plusieurs états sud-américains producteurs de pétrole s’allient pour former la Fédération, une nouvelle superpuissance qui profitera de sa position hégémonique pour se retourner, vous l’avez surement déjà deviné, contre les États-Unis. La campagne solo de Call of Duty: Ghosts débute au moment où la Fédération prend le contrôle d’une station spatiale américaine et déclenche un bombardement orbital de grande ampleur sur les Etats-Unis.

Call of Duty: Ghosts tente maladroitement de faire vibrer la corde sensible en racontant l’histoire de deux frères et de leur berger allemand engagés presque malgré eux dans la reconquête de leur terre natale. Non, cette année non plus, ce ne sera pas la campagne solo qui motivera l’achat de Call of Duty: Ghosts.

Une attraction à sensations fortes… sur rails

Les héros pourront compter sur Riley, leur berger allemand

Comme ses illustres prédécesseurs, la campagne solo de Call of Duty: Ghosts reprend les recettes du cinéma à grand spectacle et nous en met plein la vue dès les premières minutes de jeu. Ça explose dans tous les sens, les balles fusent, le sang gicle, une véritable attraction à sensations fortes… montée sur rails.

Pas le temps d’improviser! La campagne solo ne laisse que très peu de place aux interactions, un comble pour un jeu vidéo! Le joueur se contentera d’obéir plus ou moins vite aux ordres qui apparaissent à l’écran ou qui lui sont dictés par les autres personnages. Édifiant.

Niveau gameplay, j’ai été étonné de retrouver un système de checkpoints imprécis (on recommence toujours un peu trop loin) et des objectifs pas toujours très clairs. Des petit défauts compensés par l’aspect linéaire des traditionnels niveaux en couloir auxquels la série nous a habitués.

Mais n’allez pas croire que tout soit à jeter dans la campagne solo de Call of Duty: Ghosts! Nos deux frères d’armes pourront compter sur Riley, leur chien, dans de brèves phases de gameplay faisant la part belle à la furtivité. Malheureusement, vous ne pourrez pas prendre le contrôle du quadrupède à votre guise, ces passages étant déclenchés automatiquement. Une belle occasion ratée.

Multijoueur : à l’ouest, (presque) rien de nouveau…

Le nouveau système de personnalisation offre près de 20.000 possibilités différentes

Que les accros de la gâchette se rassurent, Call of Duty: Ghosts ne touche presque pas – ou très peu – à leur sacrosaint mode multijoueur! Parmi les nouveautés, notons 14 nouvelles cartes, la glissade au sol, un nouveau système de personnalisation offrant près de 20.000 possibilités différentes, des avatars féminins, 7 nouveaux modes de jeu et 20 nouveaux Killstreaks (des bonus qui récompensent un certain nombre d’ennemis tués à la suite) dont les chiens de guerre!

Comme d’accoutumée dans la série, Call of Duty: Ghosts ne laisse pas réellement de place à la tactique et ce sont plutôt les réflexes, la mémorisation et l’adresse des joueurs qui seront mis à l’épreuve.

En théorie, le nouveau système de Points de Squad permet à tous les joueurs d’adapter leur équipement à leur propre style de jeu. Dans les faits, il faudra jouer de nombreux matches en ligne avant de pouvoir réunir la quantité de points nécessaires à l’achat des  meilleures armes et accessoires. Un système pour le moins complexe qui pourrait décontenancer les moins patients et les nouveaux venus. Heureusement, les débutants pourront compter sur le mode Squad pour se familiariser aux mécaniques du jeu en multijoueur et gagner ces fameux Points de Squad avant de se frotter aux hordes de joueurs sanguinaires.

Extinction: le diamant brut

Dans ce Extinction, vous tenterez de repousser une invasion extraterrestre…

La véritable surprise de Call of Duty: Ghosts vient d’Extinction, un fabuleux mode multijoueur en coopération amusant, rafraichissant et bourré d’idées géniales. Dans ce mode Horde revisité, vous tenterez de repousser une invasion extraterrestre en compagnie de 3 autres joueurs. Votre principal objectif sera de combattre les vagues d’ennemis successives et de détruire les ruches de l’envahisseur avec des ressources limitées.

Fini les fusillades décérébrées de la campagne solo! Dans le mode Extinction, vous devrez acheter vos armes et munitions avec l’argent gagné en remplissant les objectifs du jeu et en abattant les extraterrestres. Un détail crucial qui confère au mode des dimensions de stratégie et de survie revigorantes.

Et je ne m’étends même pas sur le système de challenges captivant, les terribles pièges environnementaux (Bombonnes de gaz, zones électrifiées, et incendies contrôlés) et la réalisation technique de haute voltige !
À vrai dire, Extinction, est si bon, qu’il justifierait presque l’achat de Call of Duty: Ghosts à lui tout seul. Une véritable démonstration du potentiel créatif des studios Infinty Ward.

Ficelles apparentes

Call of Duty: Ghosts n’est pas à son avantage sur les consoles de génération actuelle…

J’ai pu tester Call of Duty: Ghosts sur Playstation 3 et je dois avouer ne pas avoir été spécialement impressionné par les graphismes du jeu. Entre textures basse résolution et animations faciales figées, Call of Duty: Ghosts n’est vraiment pas à son avantage sur les consoles de génération actuelle. Heureusement, les superbes effets de particules, la déformation des cartes et les animations de Riley viennent rehausser un ensemble tout sauf flamboyant.

Verdict: pâleur spectrale

Infinity Ward livre avec Call of Duty: Ghosts un agrégat d’expériences hétéroclites à la qualité inégale. Le mode multijoueur, l’atout majeur de la saga, se voit rehaussé de subtiles améliorations qui viennent perfectionner une mécanique de jeu qui a déjà fait ses preuves sans prendre suffisamment de risques pour marquer durablement les esprits.

Mais si Call of Duty: Ghosts reste malgré tout un bon jeu d’action, on est en droit de se demander comment le titre d’Activision tiendra la comparaison face aux jeux de tir à la première personne de nouvelle génération comme les ambitieux Titanfall et Destiny.

Malgré une réception critique mitigée, Moonraker s’est imposé comme l’un des plus grand succès au box office des films de James Bond. Avec son milliard de dollars de recettes engrangé le jour de son lancement, tout porte à croire que Call of Duty: Ghosts suivra une destinée similaire.

Note: 7/10


Télécharger Call of Duty: Ghosts sur PC


Call of Duty: Ghosts est disponible sur PC, PS3 et Xbox 360

Voir tous les commentaires
Commentaires en cours de chargement

Articles les plus récents

Top téléchargements

Publicité