Ma bonne résolution: comment j’ai échoué dans mon apprentissage de l’espagnol avec des applications

Ma bonne résolution: comment j’ai échoué dans mon apprentissage de l’espagnol avec des applications

Utiliser des applications vocales pour l’apprentissage d’une nouvelle langue ? Notre rédacteur Jan-Hendrik s’est prêté au jeu et nous fait part de ses expériences et observations.

L’apprentissage d’une nouvelle langue se compose de 3 phases. Les enfants multilingues sont désormais légion et durant cette première phase, ils apprennent avec avidité, curiosité et passion les mots de leurs parents. Ce qui est pour eux un plaisir est pour nous un fardeau à l’école. Durant la seconde phase, nous sommes tourmentés par la grammaire, le vocabulaire, les tests et les révisions. Tout ceci est également vrai pour la troisième phase, à l’âge adulte, où l’on travaille en plus d’apprendre une nouvelle langue. À ce moment, les plus grands freins sont le manque de temps, le nombre de distractions et la perte de motivation. Je me trouvais dans cette troisième phase lorsque j’ai déménagé en Espagne, il y a trois ans. Tout ce que je savais dire, c’était Ola et Adios. Un apprentissage était grandement nécessaire. En tant qu’éditeur, évidemment, je me devais de me plonger dans des programmes. J’ai donc fait de mon iPhone et de mon iPad mon professeur.

“Les applications d’apprentissage sont comme le fast-food”

Les applications d’apprentissage ne sont pas toujours simples. Comme le fast-food, elles doivent se glisser dans les moments libres de notre vie, durant les pauses et entre les rendez-vous.

Babbel : Un bon ami pour entrainer son vocabulaire… sans y parvenir.

Babbel est bien structurée. Le vocabulaire est organisé par thèmes, comme la nourriture, le sport ou la santé. Des images accompagnent les mots à la manière de la Pierre de Rosette. La prononciation parlée aide à fixer correctement les mots. Babbel était l’une de mes premières trouvailles en matière d’apprentissage de langue. L’objectif était d’apprendre le vocabulaire de base pour comprendre qu’au supermarché, une banane ne se dit pas banana, mais plátano. Un gestionnaire de révision s’assure par ailleurs que vous avez bien fixé le vocabulaire requis, du moins en théorie. En effet, au bout d’un moment, on en arrive à trainer les pieds. Quand j’ai ressorti cette application pour rédiger mon article, j’ai trouvé le gestionnaire presque vide. Une application morte. Babbel a commis deux erreurs de motivation à long terme. D’une part, l’application représente une source de stress. Et d’autre part, le gestionnaire de vocabulaire se remplit de manière trop rapide à chaque nouvelle leçon. Ces deux composantes ont tué ma motivation et j’ai abandonné Babbel.

Duolingo : Une application têtue, mais narcissique

Duolingo est conçue de manière plus ludique que Babbel. L’application attribue des points et des succès en fonction de votre avancement et vous met en compétition avec vos amis. Les récompenses permettent de débloquer de nouvelles leçons. Les mots sont placés dans un contexte, de manière à être entrainés en même temps que la conjugaison. Les images aident à mémoriser et tous les textes sont prononcés par de bons locuteurs espagnols. Duolingo est plus prometteur que Babbel, mais présente un inconvénient majeur : l’interface est entièrement en anglais. Il faut donc traduire deux fois, ce qui n’est pas idéal pour apprendre une langue. Certes, au début, le système ludique et les récompenses aident à motiver les débutants. Duolingo me poussait à étudier par un système de mails quotidiens et j’étais assidu à la tâche. C’est une excellente méthode, car elle permet de conserver ses acquis. Malheureusement, j’ai dû mettre de côté l’application au cours d’un voyage. Quand j’y suis revenu, j’avais perdu mes points, et peu de temps après, ma motivation.

Duolingo Reminder

Mail de motivation : une bonne idée, mais insuffisante.

Duolingo m’a été plus profitable que Babbel. Le système ludique ne me stressait pas. La grande erreur de l’application, c’est son côté répétitif. Au bout d’un temps, il est nécessaire d’investir trop de temps dans les leçons pour les mettre à jour. La nouveauté permettrait de continuer, au lieu de quoi, l’application pousse à répéter. Cette bataille contre des moulins à vent a finalement eu raison de ma patience.

Langenscheidt IQ : Une machine à plaisir. Testé et écarté.

Langenscheidt IQ

Langenscheidt IQ Spanisch est un jeu d’apprentissage. Grâce aux 8 catégories de l’application, l’utilisateur des mots en rapport avec la nourriture, les loisirs, les achats, etc. Plusieurs petits jeux au sein de l’application s’assurent que vous avez bien appris les mots. Là encore, c’est l’approche ludique qui est privilégiée. L’application tombe plutôt dans la catégorie des passe-temps amusants durant une pause. En tant que jeu d’apprentissage, le design de l’application est parfaitement adapté, la prononciation est excellente et les termes utiles. Mais ces atouts ne sont pas suffisants pour entretenir l’envie d’apprendre indéfiniment. Le vocabulaire est idéal pour les vacances, mais il dépasse rarement un stade de loisir.

iVocabulary : vocabulaire numérique à la poubelle.

Toutes ces applications présentent le même problème : elles disposent de leur stock de mots prédéfinis sans pouvoir en ajouter. C’est pourquoi j’ai testé iVocabulary. Des problèmes d’importation et d’exportation, de même qu’un processus long et fastidieux d’ajout du vocabulaire ont épuisé ma patience. L’application s’est révélée être une perte de temps.

Certaines applications sont utiles

Quel était donc le but de ce voyage dans le monde des applications d’apprentissage ? J’ai appris à apprécier et à utiliser certaines applications, surtout les dictionnaires. Je ne pourrais plus me passer du dictionnaire standard d’espagnol Langenscheidt et de dict.cc plus. Ces deux applications fournissent une source inépuisable de mots tant que votre batterie tient le coup. N’oublions pas Verbforms Español, une excellente application, qui fournit une longue liste de verbes espagnols, de leur conjugaison, etc. Tous les verbes irréguliers peuvent être regroupés et révisés à l’infini pour en venir à bout. Malgré son module de répétition bien conçu, je l’utilise surtout comme application de référence.

Ma conclusion : Apprendre avec des applications, c’est comme apprendre avec des gens – en pire

Quel est l’avantage d’utiliser des applications de langue ? Vous ne communiquez avec personne. Quel est l’inconvénient des applications de langue ? Vous ne communiquez avec personne. La motivation est la clef de la réussite, et c’est là que le bât blesse pour la plupart des applications. Comme beaucoup d’autres, être étudiant ne me réussit pas particulièrement : les tests sont stressants. Cette manière d’apprendre est idéale pour éviter les salles de classe. Mon expérience personnelle m’a toutefois prouvé à quel point il était difficile de s’astreindre à étudier. Duolingo a également montré les limites et les possibilités des applications du genre : la motivation et les sanctions vont de paire via le système de mails de rappel, mais ce moyen de pression ne fonctionne que jusqu’à un certain point. Si l’application ne se prenait pas tant au sérieux, elle pourrait même fonctionner. L’un dans l’autre, ce sont les applications de ressource sans objectif précis qui ont fait leurs preuves : les dictionnaires. Des copies papier auraient eu le même effet.

Article original écrit par Jan-Hendrik – Softonic.de. Adapté de l’espagnol.

Articles similaires:

  • Lien Copié!
Commentaires en cours de chargement