Publicité

Article

Dragon Age Inquisition : La légende renaît ? [Preview]

Samuel Marc

Publié

Dragon Age: Inquisition est le dernier volet de la trilogie de jeux de rôles héroic fantasy de Bioware. Ce nouvel opus sera-t-il à même de raviver la flamme de la saga? Voyons tout de suite ce que le nouvel opus a dans le ventre.

Porté aux nues par un bon nombre de confrères, je n’avais entendu que du bien de Dragon Age: Origins, le tout premier chapitre de la série. Un scénario mature, des choix véritablement impactants et un aspect tactique revigorant… Le petit nouveau de Bioware avait tout d’un grand.

Dragon Age Inquisition : La légende renaît ? [Preview]



Mais contre toute attente, Dragon Age II fut un flop et c’est empli d’un certain scepticisme que j’ai franchi les portes de la session d’essai organisée par EA durant le salon Gamescom 2014.

La mission à laquelle j’ai pu jouer faisait la part belle aux combats et c’est donc sur ce point de gameplay précis que j’ai focalisé mon attention durant le temps de jeu imparti. Je vous raconte tout de suite ce que j’ai pensé de Dragon Age: Inquisition.

Tout en finesse

Un des éléments qui m’a toujours plu dans Dragon Age, c’est son savant mélange entre jeu d’action à la troisième personne et jeu de rôle tactique en vue isométrique. Dieu merci, le cocktail fait son grand retour dans Dragon Age: Inquisition, mais, cette fois-ci, la recette se voit rehaussée d’une pincée d’ajouts aussi subtils que pratiques au quotidien.

Les combats de Dragon Age: Inquisition se sont montré particulièrement jouissifs et j’ai vraiment pris plaisir à analyser le champ de bataille avant de lancer mes acolytes dans la bataille.

Dragon Age Inquisition

En passant en vue isométrique, Dragon Age: Inquisition donne la possibilité de figer le temps pour planifier ses attaques et celles de ses acolytes en avance.

En appuyant sur un bouton, la caméra s’élève et vient se placer au dessus du champs de bataille. Un curseur permet de donner des ordres à ses coéquipiers.

Qu’il s’agisse de défendre une position précise ou de concentrer l’attaque sur un ennemi particulièrement retors, vos alliés vous obéiront au doigt et à l’œil.

Carnage pour tous

Les combats de Dragon Age: Inquisition sont tactiques et récompenseront les joueurs qui sauront tirer le mieux parti de leur environnement et des capacités de leurs acolytes.

Dragon Age: Inquisition permet en effet de changer de personnage en temps réel et de varier les plaisirs en alternant entre différents styles d’attaques, de sorts et de techniques de combat.

Dragon Age Inquisition

Durant ma session de test, j’ai pu prendre le contrôle d’un mage, d’un assassin et d’un guerrier, tous trois dotés d’attaques diamétralement différentes.

Si le mage pouvait déchainer les éléments sur ses ennemis, l’assassin avait quant à lui la possibilité de devenir invisible et de larder ses cibles de coups de poignard. Le guerrier s’est quant à lui illustré par sa résistance et ses prouesses au corps à corps.

Trop facile?

En quelques secondes, Dragon Age: Inquisition m’a permis d’élaborer des stratégies basiques en intimant à un personnage de multiplier les attaques à distance avec une arme de jet tandis que je chargeais un autre personnage d’attirer l’attention des ennemis les plus dangereux.

Petit bémol, il est impossible de planifier une suite d’actions dans le temps! Le mode tactique entend compenser ce manquement en permettant d’accélérer le temps pour adapter sa stratégie à l’évolution des affrontements.

J’aurais cependant préféré pouvoir prévoir une suite d’attaque et laisser mes soldats exécuter mon plan.

Autre grief: s’il est possible de modifier les sorts et techniques utilisées par les personnages dans les menus il est en revanche impossible d’altérer leurs prédispositions tactiques pour leur ordonner de donner la priorité à l’attaque ou à la défense par exemple. Dommage.

Dragon Age Inquisition

Pour ne rien arranger, les ennemis rencontrés durant ma séance de test ne m’ont pas donné énormément de fil à retordre et, à vrai dire, j’aurais pu très bien m’en sortir en me contentant de jouer en temps réel.

Pire, hors des donjons, les placements des personnages importent peu. Dans les zones ouvertes, les combats tournent très rapidement à la foire d’empoigne et ne nécessitent pas ou très peu de planification.

Ajoutons à la liste des doléances l’apparente simplicité des combats – après tout ceux-ci ne font appel qu’à un seul bouton – et une intelligence artificielle dans la moyenne et vous obtenez un titre qui risque fort d’aliéner les joueurs à la recherche d’un vrai challenges.

Heureusement, les développeurs m’ont promis le retour du mode Nightmare, un mode de jeu à la difficulté accrue spécialement conçu pour les joueurs à la recherche de challenges plus corsés.

Liberté chérie

Je dois avouer avoir été charmé par les graphismes et l’ambiance sonore du niveau traversé. Dans la mission qui nous était proposée, nous devions cheminer vers un château en ruine, sous une pluie battante, à travers un vaste marais.

Dragon Age InquisitionMalheureusement, le niveau visité m’a fait l’impression d’un vaste couloir. S’il était possible de se balader avec une semi liberté, l’heure n’était pas à l’exploration et le tout m’a semblé un tantinet dirigiste et bien loin des vastes monde ouverts promis par les développeurs du jeux.

Le compas dans l’œil

Sans atteindre les prouesses visuelles d’un The Witcher 3, Dragon Age reste très beau et affiche des décors et modèles de personnages bien détaillés. Dragon Age InquisitionMieux, ces-derniers brillent par leur originalité en se distanciant des poncifs de l’heroic-fantasy. Un effort qui mérite d’être salué. Dommage que le titre se montre aussi fouillis quand les sorts pyrotechniques se multiplient à l’écran.

Un dragon endormi?

Tout bien considéré, je redoute que Dragon Age: Inquisition ne se fourvoie en tentant de séduire une cible trop large au détriment des fans de jeux de rôles tactiques. Espérons seulement que le titre ne diluera pas trop ses aspects les plus hard core afin d’offrir une expérience plus accessible au grand public.Dragon Age Inquisition

Dragon Age: Inquisition sortira sur PC, PlayStation 4, Xbox One, PlayStation 3 et Xbox 360 le 18 novembre 2014. En attendant, je vous invite à découvrir un autre jeu de rôle à suivre de près, le sublime The Witcher 3, dans une passionnante vidéo de 35 minutes.

Suivez-moi sur Twitter: @SamSoftonic

Vous aimerez aussi