Facebook, tes conditions d’utilisation, je m’en fous

Facebook, tes conditions d’utilisation, je m’en fous

Cher Facebook, je viens de recevoir un nouvel courriel de ton Global Chief Privacy Officer, Erin Egan, qui m’informe que “nous mettrons nos conditions et politiques à jour le 1er janvier 2015 “. C’est gentil de ta part, mais franchement, je m’en fous et je vais t’expliquer pourquoi.

Que se passe-t-il exactement? Facebook prévoit la mise à jour de ses conditions d’utilisation (CGU) pour le 1er janvier 2015. Et comme la loi l’y oblige, le réseau social m’a envoyé un courriel pour m’en expliquer les raisons. C’est un effort louable de la part de Facebook pour davantage de transparence quant aux conditions dont nos données sont stockées, organisées et exploitées. Les pages qui vous expliquent ce que le réseau social nomme les “Bases de la confidentialité” sont très bien conçues et très didactiques. On peut difficilement faire mieux. Mais le problème n’est plus là.

Facebook explication

Qui va vraiment lire un courriel avec plus de 7 000 caractères (assez mal traduit d’ailleurs)? Qui va prendre le temps de lire les innombrables pages qui vous expliquent, même si cela est très bien fait, les conditions d’utilisation du service? Qui est capable de comprendre toutes les nuances juridiques qui se cachent derrière un texte au ton toujours très positif et policé? Personne. Car nous n’avons pas le temps. Car la notion même de protection des données personnelles est encore étrangère à la majorité des internautes même si elle en perçoit de manière confuse les dangers. Car, surtout c’est compliqué; Facebook est lui-même un service très compliqué à maîtriser dès lors que vous voulez contrôler tous les paramètres permettant d’afficher ou non les informations que vous partagez et les publicités que vous voulez voir.

Facebook vit de la publicité. Si vous acceptez de l’utiliser, vous devez savoir que oui, vous ne serez plus “propriétaire” de vos données personnelles, que oui, tous vos faits et gestes, sur le réseau social mais aussi sur l’appareil que vous utilisez seront traqués. Bref, vous n’avez pas le choix, son utilisation se fera de toute manière à ce prix. Soit vous l’acceptez, soit vous pouvez fermer votre compte.

Vous pouvez certes contrôler certains cookies, ces petits programmes qui s’incrustent dans vos navigateurs et qui collectent et utilisent des informations nécessaires à de la publicité comportementale. Le service Your Online Choices vous permet ainsi de les détecter et de faire le ménage.

Your Online Choices

La page de Facebook sur les cookies est pour sa part un bon exemple de contenu que personne n’a vraiment envie de lire.

A noter aussi que, comme à chaque fois que Facebook change ses conditions d’utilisation, il circule sur le réseau social un nouveau « fake » concernant une fausse déclaration de confidentialité de vos données censée vous protéger. Cela ne sert à rien de partager ce texte. En effet,  il suffit que vous utilisiez Facebook à partir du 1er janvier pour que, de fait, vous acceptiez les nouvelles conditions d’utilisation.

Fake Facebook

Alors oui, Facebook, tes conditions d’utilisation, je m’en fous. Car elles me dépassent complètement. Mais, soyons honnête aussi. Facebook au fil des années a beaucoup changé avec de nouvelles fonctionnalités et sa disponibilité sur tous les dispositifs mobiles et PC. Ces changements se reflètent aussi logiquement dans ses conditions d’utilisation qui deviennent elles aussi, de fait, plus complexes. Si l’utilisateur veut profiter d’un réseau social toujours plus performant et utile, cela a un prix. Il ne reste alors que les pouvoirs publics pour essayer de définir des limites légales et à rester vigilants quant à l’utilisation de nos données privées.

A lire:

Suivez-moi sur Twitter: @xophe

Voir tous les commentaires
Commentaires en cours de chargement