OpenOffice.org: “Microsoft nous voit comme une provocation” (Interview)

OpenOffice.org: “Microsoft nous voit comme une provocation” (Interview)

florian-effenbergerLa suite bureautique libre OpenOffice.org (disponible sur Windows et sur Mac) est de plus en plus répandue sur les ordinateurs des particuliers et des entreprises. En France, sa part de marché atteindrait aujourd’hui 19%.

Pour prolonger l’opération Libre en Fête, OnSoftware a rencontré Florian Effenberger, chef de projet marketing international chez OpenOffice.org. Il nous livre son point de vue sur ce pack de logiciels gratuits qui concurrence directement la suite Microsoft Office.

 

Quelle est la part de marché d’OpenOffice.org?
Florian Effenberger: D’après une étude fiable réalisée par le magazine Webmasterpro, OpenOffice.org occupe 20% de parts de marché en Allemagne (19% en France, ndlr). Nous pensons que cette proportion est en fait plus importante encore, notamment parce que la suite est fournie par défaut avec les distributions Linux Ubuntu ou OpenSuse.

Microsoft a baissé le prix de sa suite Office. Le succès croissant d’OpenOffice.org y serait-il pour quelque chose?
Je pense en effet que nous n’y sommes pas tout à fait étrangers… Nous prenons cela comme un défi, mais les choses vont bien au-delà de la question du prix. Microsoft peut certes baisser ses prix, mais il ne peut pas proposer les idées et les standards ouverts que l’utilisateur retrouve dans OpenOffice.org. Ceci n’est pas assez souvent souligné.

openoffice_logoMicrosoft s’apprête à sortir Office 2010, avec toujours plus d’options en direction de ses clients professionnels. Comment voyez-vous l’évolution d’OpenOffice.org? Prévoyez-vous d’inclure d’autres fonctions dans ce sens?
Pour nous, c’est l’utilisateur qui reste le plus important. La version 3.3 d’OpenOffice.org n’inclura pas de modules complètement nouveaux. Au contraire, nous préférons améliorer les éléments qui existent déjà. La sortie de la nouvelle version est prévue dans environ 6 mois (c’est notre cycle normal), et on pourra y voir les premières touches de l’interface utilisateur initiée par le projet Renaissance. Une transformation plus profonde n’est pas encore planifiée.

Les ambitions qu’affiche Microsoft avec Sharepoint, ça vous laisse de marbre?
SharePoint permet à plusieurs personnes de travailler simultanément sur un document. Pour une feuille de calcul, c’est quelque chose que j’arrive à me représenter. Pour un texte, c’est déjà plus difficile : qu’est-ce qui se passe si chacun modifie un paragraphe ou autre chose… Je ne sais pas trop…
Surtout, pour l’utiliser, j’ai besoin d’Office, d’un serveur SharePoint, d’un serveur Windows et peut-être encore d’un serveur Exchange, plus toutes les licences. Pour chaque fonctionnalité il y a une nouvelle application payante. C’est un cercle vicieux et coûteux. OpenOffice.org ne fonctionne précisément pas comme cela. Car si on regarde dans la pratique combien de fonctions l’utilisateur normal utilise-t-il au juste?

Prévoyez-vous de sortir un OpenOffice.org « Lite », ou en tout cas de proposer différentes possibilités d’installation de la suite?
Non, bien que la question se poserait si la demande des utilisateurs était forte. Etant donné que le projet est Open Source, n’importe qui peut cependant mettre la main à la pâte pour élaborer une version spéciale. C’est déjà le cas avec OOo4Kids, une version pour le domaine éducatif et qui contient seulement les fonctions essentielles de OpenOffice.org.

Lorsque l’on achète un nouvel ordinateur, quantité de logiciels en versions d’essai sont pré-installés, dont le plus souvent Microsoft Office. Il est plutôt rare de trouver OpenOffice.org sur une machine neuve. Travaillez-vous à changer cela?
Effectivement. Un des derniers modèles de Eee PC est désormais livré avec StarOffice. Certains fabricants dans des pays comme la Grèce ou d’autres qui se destinent au marché anglophone commencent à fournir OpenOffice.org sur leurs nouveaux ordinateurs. D’autres distributeurs installent à la fois la version d’évaluation de Microsoft Office et OpenOffice sur leurs machines. Les deux ne se mordent pas!

Nous avons l’impression que de plus en plus d’utilisateurs privilégient les logiciels gratuits aux programmes commerciaux crackés. Est-ce votre sentiment?
Tout à fait. Non seulement les utilisateurs, mais aussi les petites et moyennes entreprises. C’est finalement plus simple et il n’y a pas de limitations vis-à-vis des licences ni d’histoires d’activation, de validation et autres qui finissent par énerver les gens.
Autant que je sache, Microsoft Office 2010 nécessite un Key-Server et aucune possibilité d’achat de licences en volume, ce qui représente des dépenses et des coûts de gestion énormes. En utilisant OpenOffice.org et les logiciels libres, on se dispense non seulement de l’achat des licences mais aussi des frais de leur gestion. Terminées les histoires de clés de licences bel et bien achetées, mais finalement indiquées comme «non-valables»…

Interview réalisée par Frank-Martin Lauterwein – Traduction Ludovic Piquemal

  • Lien Copié!
Commentaires en cours de chargement