Retour vers le futur : Internet en 1997

Lorsqu’on était nostalgiques au cours du 20ème siècle, que faisait-on ? On ressortait les vieux albums photos, on remettait nos vinyles ou ou réouvrait notre coffre à jouets. De ces vieux objets poussiéreux naissaient quantité de souvenirs.

Aujourd’hui, au 21ème siècle, la nostalgie a pris des formes différentes. Maintenant que nous passons une grande partie de notre temps (et donc de notre vie) connecté à internet, les pages que nous visitons sont des souvenirs aussi puissants que nos reliques les mieux conservés.

Montez avec nous dans la machine du temps, nous allons revenir aux prémices du web. Bienvenue en 1997. Google n’existait pas et Softonic naissait…

Pourquoi 1997 ?

Les premières pages web sont apparues dans les années 90. Fin 1994, il y en avait près de 10 000, mais le web était plus une expérience énigmatique qu’autre chose. Il faudra quelques années supplémentaires pour que internet naisse véritablement.

1997 représente l’âge d’or du web fait à la main. Les portails web, comme About.com y Yahoo! triomphaient. Les pages personnelles (on ne parlait pas encore de blogs loin de là) étaient hébergées sur GeoCities, AngelFire o Tripod. Il fallait les réaliser à la main ou les éditer avec FrontPage ou Composer.

Pour chercher quelque chose, à la place de Google, on utilisait Excite, InfoSeek et Altavista.En France, les moteurs de recherche les plus célèbres étaient Lycos ou Voilà. A mi-chemin entre les portails et les moteurs de recherche, leur efficacité était très limitée…

Comment naviguait-on en 1997 ?

Comparée avec l’actuelle, la technologie web de 1997 était assez basique, même s’il y avait déjà tout pour pouvoir afficher du contenu sur internet. Les standards HTML et CSS existaient déjà, et Macromedia venait juste de lancer Flash Player 2.0. Il y avait même le VRML, le standard pour la Réalité Virtuelle sur le web.

Une page VRML sous Netscape !

Les principaux navigateurs webs,  Netscape Communicator et Internet Explorer, débutaient la guerre des navigateurs qui continue aujourd’hui. Certaines pages ne se visualisant que sur l’un des deux navigateurs.

Comment se connectait-on ?

Ceux qui avaient de la chance pour naviguer sans limite le faisaient depuis certaines universités ou certaines administrations. Le reste des utilisateurs devait payer la connexion téléphonique à la minute (prix d’un appel local à l’époque). En France, l’ADSL n’était pas encore arrivé et le tout illimité non plus. Free encore moins.

* Soupir * Nous allons naviguer…

Qu’est ce que l’on faisait sur le web en 1997 ?

A l’âge d’or du web, tout paraissait merveilleusement moderne, mais ce que l’on pouvait faire n’était pas exceptionnel : naviguer, cliquer sur quelques liens et avec un peu de chance regarder une vidéo de quelques secondes.

Pour vous faire une idée des différences entre 1997 et aujourd’hui, regarder ce tableau ci-dessous :

Le web de 1997 était aussi innocent qu’un petit village. Les questions de confidentialité, de vie privée et de sécurité étaient les dernières préoccupations . Sans Google, il était en effet assez difficile que quelqu’un tombe sur notre page web, perdue dans les méandres des catégories de GeoCities. Mais cela ne nous dérangeait pas. Bien au contraire. C’était notre petit peuple virtuel, où tout le monde se connaissait et où la vie était paisible.

GeoCities et ses quartiers, le peuple virtuel dans laquelle nous vivions en 1997

Et le contenu dans tout ça ?

Pour être tout à fait honnête, il y en avait très peu (les blogs n’étaient encore qu’un rêve à cette époque) mais il était de qualité. Loin de nous de dénigrer la qualité du contenu actuel mais la difficulté à publier faisait que le contenu publié était un contenu à forte valeur ajoutée. Pour créer et ajouter des pages web, il fallait en effet s’arnacher de patience et écrire du code HTML dans le Bloc-notes (ou utiliser Netscape Composer, FrontPage Express ou encore Adobe PageMill). Les standards web, à cette époque, constituaient une préoccupation mineure : le plus important restait de publier. Peu importait la manière.

Netscape Composer, un des premiers éditeurs visuels pour le Web

Dix choses caractéristiques des pages web en 1997

Si vous avez navigué durant les années 90 ou avez développé votre propre page web, certainement vous vous rappelerez des choses évoquées ci-dessous. Pour aider votre mémoire, nous avons compilé dix éléments caractéristiques des pages web en 1997 :

  1. Les GIF Animés : Ajouter un GIF Animé donnait vie à la page web. Les GIF Animés étaient une révolution et une réponse forte à la monotonie des pages.
  2. Les chansons MIDI : Souvenez-vous de ces chansons qui se jouaient lorsqu’on chargeait une page après avoir patienté déjà plusieurs minutes le chargement des images et des arrières-plans. Ces chansons adoraient même faire planter nos navigateurs.
  3. Les images cassées : Comment savait-on qu’une image ne s’était pas chargée correctement ? Grâce tout simplement à cette icône merveilleuse d’image cassée. C’était d’ailleurs un élément très habituel et associé aux pages web des années 90…
  4. Les fonds psychédéliques : Les premières pages web avaient un arrière plan gris ou blanc très pratique mais très ennuyeux. Lorsque les gens apprirent à mettre un arrière plan différent, commença alors l’hécatombe des fonds originaux et psychédéloques comme celui des étoiles filantes…
  5. Les règles HTML : Les règles HTML ont été conçues pour afficher les données en lignes et en colonnes, non pour créer les pages web. Le manque de connaissances et de standards CSS a fait que la majorité a utilisé ces règles HTML. Ce qui a provoqué la réalisation de pages plus grandes, moins accessibles et plus difficile à mettre à jour.
  6. Le Compteur de visites En 1997, regarder le nombre de personnes ayant visité notre site était une activité très plaisante. Nous passions des heures collés à l’écran contemplant le compteur de visites monté petit à petit. Ah les souvenirs !
  7. Comic Sans “Nous allons être sympas : nous allons utiliser Comic Sans”, ont dû penser de nombreux développeurs. L’abus de cette police de Microsoft a permis d’en faire la plus laide de l’histoire des polices, juqu’au point ou il existe désormais une plateforme appelé BanComicSans.com
  8. Les boutons “Se lit mieux avec” La guerre des navigateurs a voulu une guerre de technologie. Les pages web étaient ainsi remplies de boutons qui déclaraient sa compatibilité des navigateurs.
  9. Section “Quoi de neuf” Chaque actualisation de la page était manuelle : elle nécessitait beaucoup de temps et d’effort. Pour éviter de tout reprendre, les pages web ont vu apparaître une section “What’s new” ou “Quoi de neuf” dans laquelle l’auteur commentait les nouveautés par rapport à la dernière fois.
  10. La célèbre balise <BLINK> Nous ne pouvons terminer sans parler de <BLINK>, la balise HTML la plus célèbre.  <BLINK> faisait clignoter le texte. Il n’y avait pas de possibilité de l’arrêter de clignoter. Elle fut dénigrée depuis le départ par les experts et personne ne l’utilise désormais. Ou pratiquement plus personne.

Il y a peu de sites web désormais qui portent les marques des années 90. Après la fermeture de GeoCities, beaucoup ont disparu avec lui. Mais avec une simple recherche sur Google, il est encore possible de trouver des exemples intéressants de l’époque. Ou encore sur Archive.org, un magnifique musée du web.

Via OnSoftware ES


Et vous, quels souvenirs avez-vous de 1997 ? Etes-vous nostalgique de ce web ?

Commentaires en cours de chargement

Articles les plus récents

Top téléchargements

Voir le top complet