Publicité

PRISM: Google saisit la justice américaine et cite le Premier Amendement

Devant le scandale PRSIM, Google réagit et a saisi la justice américaine mardi pour demander l’autorisation de publier le nombre de requêtes des services de renseignement.

Le buzz continue donc sur le programme de surveillance PRISM de la NSA et du FBI. Les entreprises de haute technologie font de leur mieux pour conserver la confiance de leurs utilisateurs. Google a saisi la Foreign Intelligence Surveillance Court (FISC) ​​pour révéler exactement le type d’informations que les renseignements américains leur ont demandé.

La firme de Mountain View cite notamment le Premier Amendement de la Constitution américaine relative à la liberté d’expression face aux informations dont elle a été forcée de révéler.

La semaine dernière, Larry Page, CEO de Google, a écrit un billet sur le blog officiel pour ​​tenter de discréditer la rumeur selon laquelle le moteur de recherche avait rejoint PRISM. Désormais, la société veut aller plus loin pour révéler le nombre total de demandes qu’il reçoit du gouvernement.

“Une plus grande transparence est nécessaire, donc aujourd’hui nous avons demandé à la Foreign Intelligence Surveillance Court de nous permettre de publier les chiffres globaux des demandes de la sécurité nationale, y compris les informations FISA, séparément” explique Google dans un communiqué publié aujourd’hui.

Yahoo! a également interpellé la FISA pour permettre à l’entreprise de dévoiler des chiffres précis quant aux requêtes provenant du Gouvernement. En 2008, Yahoo! avait tenté en vain de contester une ordonnance du tribunal d’Etat la jugeant anti-constitutionnelle. Cette dernière permet au gouvernement de récupérer les données liées aux utilisateurs étrangers

Via (Foreign Intelligence Surveillance Court – Motion for Declaratory Judgment)

[Source: The Washington PostGoogle]

Voir tous les commentaires
Commentaires en cours de chargement

Articles les plus récents

Top téléchargements

Publicité