Publicité

Article

Droit à l’oubli: Google lance son formulaire d’oubli pour les Européens

Pierre Vitré

Publié

Après la décision de la justice européenne de sommer Google de respecter le droit à l’oubli en début de mois, le moteur de recherche a décidé de s’exécuter et lance aujourd’hui pour tous les pays membres de l’UE un formulaire d’oubli.

Ce service en ligne, destiné uniquement aux citoyens européens, permet de faire une demande auprès de Google pour obtenir la suppression de résultats de recherche inappropriés. Seule condition, les résultats doivent être “inadéquats, pas ou plus pertinents ou excessifs au regard des finalités du traitement”.

Droit à l’oubli: Google lance son formulaire d’oubli pour les Européens

Accéder au formulaire en ligne de Google

La firme de Moutain View précise aussi très clairement qu’elle évaluera chaque demande individuelle et tentera “de trouver un juste équilibre entre la protection de la vie privée des individus et le droit du public à accéder à ces informations et à les diffuser.”

“Lors de l’évaluation de votre demande, nous vérifierons si les résultats comprennent des informations obsolètes vous concernant. Nous chercherons également à déterminer si ces informations présentent un intérêt public, par exemple, si elles concernent des escroqueries financières, une négligence professionnelle, des condamnations pénales ou une conduite publique adoptée par un fonctionnaire.”

Avec ce formulaire d’oubli, Google souhaite apaiser les esprits en Europe. Le géant américain veut éviter les conflits et se conformer à la justice. Reste à voir désormais si les demandes vont réellement faire l’objet d’une suppression.

On peut s’interroger également sur la fiabilité de l’outil. Votre voisin peut en effet demander pour vous la suppression de liens. La vérification de la demande par Google devra donc être particulièrement sérieuse, sous peine de dérapages très rapidement.

Source: Google

Lire aussi:

Droit à l’oubli: la justice européenne déboute Google. Quelles conséquences?

Suivez-moi sur Twitter: @pierrevitre

Vous aimerez aussi