Publicité

Wikipedia censuré? Que se passe-t-il en Italie?

Wikipedia censuré? Que se passe-t-il en Italie?

Hier soir Wikipedia a décidé de masquer (espérons temporairement!) l’ensemble du site italien, avec le support de la fondation Wikimedia.
Quelles raisons ont poussé WikiMedia a débrancher la version italienne de Wikipédia?

Une protestation franche contre ce que les italiens appellent “il comma 29 del Disegno di Legge di riforma della intercettazioni”, en français l’article 29 de la loi de réforme des interceptions. Entre autres choses, ces dispositions imposent un droit de rectification sous 48 heures “pour les sites d’informations, sous-entendu les quotidiens et autres médias diffusé par voie télématique, […] avec les mêmes caractéristiques graphiques, les mêmes modes d’accès au site et la même visibilité que la nouvelle à laquelle ils se réfèrent”.



A première vue rien de surprenant, c’est un texte de lois obscur comme beaucoup d’autre. Le sens général permet de comprendre que si diffamation il y a, le média incriminé aura obligation de d’annuler la nouvelle et de notifier la rectification de l’information publiée.

Mais le texte cache plusieurs ambiguïtés dangereuses selon Wikimedia et d’autres acteurs des médias.


Aujourd’hui la page de Wikipédia ressemble à ça
N’importe quelle recherche renvoie toujours au même communiqué.

Le fond de l’article 29

Deux points sont essentiels pour comprendre l’affaire. D’abord, la loi ne fait aucune distinction entre un organe de presse national et un bloggeur du dimanche.. Sachant que les sanctions peuvent s’élever à 12.500 euros pour infractions, la conclusion est toute faite. En face de n’importe quelle menace de diffamation et d’usage de l’article 29, le bloggeur pliera, là où la grande presse aura un peu plus de marge de manœuvre financière. Par ailleurs, la rectification doit intervenir sous 48 heures à réception de l’avis, et rien ne peut justifier un manquement à cette injonction.

Plus important: la légitimité de la plainte en diffamation n’est vérifié par aucun tiers indépendant. La parole de l’accusateur fait foi. Il suffit donc de porter plainte, et voici n’importe quel bloggeur soumis à l’obligation de retirer son article et de notifier les corrections dans les 48 heures.

Et Wikipedia?

Wikipedia repose sur les contributions des internautes pour la création de son contenu. Le site est directement concerné par ces mesures.
Il suffit d’une plainte sur un article et il devra être supprimé dans les 48 heures, sous réserve de pénalités financières. Indirectement, certains y voient une atteinte à la liberté d’expression. L’acte premier de la mesure s’occupe d’abord de supprimer la source du mal, mais sans s’inquiéter, réellement, en premier lieu, de la légitimité de la plainte.

D’autant plus que le délit de diffamation existe déjà en Italie, également pour le contenu en ligne. Dire que sur internet on peut publier tout et n’importe quoi c’est transformer la réalité et masquer la responsabilité pénale déjà existante des auteurs.

Pire, un des piliers de Wikipédia est justement de laisser visible, accessible, tout le processus de rédaction des articles, modifications incluses, dans un esprit de totale transparence. Cette loi vient buter contre ce principe, mettant Wikipédia dans une situation plus que délicate.

Le communiqué de presse de Wikimedia est sans appel: “Aujourd’hui, malheureusement, les piliers sur lesquels Wikipédia a été construit – la neutralité, la liberté et la vérifiabilité de son contenu – sont susceptibles d’être fortement compromis par le paragraphe 29 de la proposition de loi, aussi connue comme “DDL intercettazioni» (Loi sur écoute)”.

Reste à savoir si la loi sera votée ou si les contestations permettront sa modification ou son annulation. En attendant, les Italiens devront se passer d’une des sources d’informations en ligne les plus importantes de ces dernières années.

 

Quelques sources supplémentaires de réflexion(en italien):

Voir tous les commentaires
Commentaires en cours de chargement

Articles les plus récents

Top téléchargements

Publicité