Publicité

L’ignorance du web chez les Français freine la croissance en France

L’ignorance du web chez les Français freine la croissance en France

Email-Brokers publie un baromètre inquiétant sur le manque de maîtrise du web et des outils numériques par les sociétés françaises. L’observatoire dénonce le cruel retard qu’accumule l’e-commerce français par rapport à ses concurrents européens.

L’amateurisme est-il un style de vie dans les entreprises françaises ? A la lecture du baromètre publié la semaine dernière par Email-Brokers – spécialiste du database management et du marketing interactif – la question est pertinence.

L’observatoire dénonce les lenteurs et l’ignorance qui frappent les sociétés françaises qui se lancent sur le web. Par ailleurs, en 2013, 81% d’entre elles n’avaient pas jugé utile de développer une présence digitale. Une aberration en 2014 pour les analystes.

La loi n’est pas respectée

Au-delà de ce désintérêt majeur, les rares sociétés qui font l’effort d’être sur Internet subissent leur méconnaissance du réseau. « Sur plus de 2 275 000 URL’s professionnelles, moins de 500 000  (21 %) affichent leurs mentions légales, seules 115 000 (5,05 %) veillent à informer des dispositions relatives à la vie privée et moins de 900 000 (39,56 %) proposent leurs conditions générales de vente », note Email-Brokers dans son rapport.

Ces mauvaises pratiques entraînent une difficulté supplémentaire pour les entreprises qui souhaitent développer un business sur le marché européen. Sans le respect de cette législation, divers problèmes légaux et financiers toucheront ces sociétés.

Email-Brokers va plus loin dans ses chiffres alarmants : « Sur 220 703 URL’s uniques d’e-commerce, seules 132 805 (60,17 %) affichent leurs conditions générales de vente et 73 334 (33,22 %) leurs mentions légales (quand elles sont complètes). A la limite de l’aberration, seules 21 927 se soucient de renseigner leurs clients quant à leur droit d’accès et de rectification de leurs informations personnelles. Concrètement, c’est autant d’entreprises qui seront demain dans l’incapacité de vendre tant qu’elles n’auront pas procédé à une mise aux normes de leur site Internet », précise l’Observatoire dans son rapport.

Des entreprises du passé

Au-delà du non-respect de la législation relative à l’e-commerce, c’est l’incapacité des entreprises à faire vivre leur présence sur le web qui est pointée du doigt. Avec un référencement quasi nul, aucune chance d’être l’acteur incontournable. Les nouveaux métiers du web n’ont d’ailleurs pas convaincu les entreprises françaises qui ont finalement refusé d’évoluer et d’investir. A la lecture des conclusions, il est donc temps que ça change. Email-Brokers conclut que « la formation précoce à ces métiers indispensables de l’Internet et l’accompagnement en moyens humains et financiers ne peuvent désormais plus être une option si la France entend rester un concurrent commercial convaincant ». L’appel est lancé.

Voir tous les commentaires
Commentaires en cours de chargement

Publicité

Articles les plus récents

Top téléchargements

Publicité