Publicité

Article

Les jours du Flash sont-ils comptés?

Matthieu Gagnot

Publié

Flash
Coup dur pour Adobe: Steve Ballmer, patron de Microsoft, annonce au Mobile World Congress de Barcelone que Windows Phone 7 ne prendra pas en compte les plug-ins Flash, du moins dans un premier temps. Déjà indésirable sur iPhone et iPad, bousculé par Silverlight et l’arrivée du HTML 5, le format-star d’Adobe n’a plus que quelques cartes à jouer s’il ne veut pas perdre sa position dominante.

FlashlogoFlash, qui représente 75% des vidéos en streaming et équipe 85 des 100 sites internet les plus fréquentés (d’après l’interview du PDG de Adobe, Shantanu Narayen), voit quelques nuages se profiler à l’horizon. Déjà, Microsoft propose depuis deux ans un plug-in concurrent baptisé Silverlight. Surtout, les normes du Web ont évolué plus vite que lui: l’HTML 5 intègrera d’office du contenu enrichi (vidéo et animations). YouTube, Vimeo et Dailymotion ont déjà annoncé leur intention de se passer du Flash quand le HTML 5 sera opérationnel.

Richard Galvan, chef de produit Flash Pro, l’admet: “oui, il y aura chevauchement entre Flash et HTML 5. Le HTML 5 intègre de la vidéo sans Flash, mais nous, nous proposons des fonctionnalités en plus, en garantissant le même rendu quelle que soit la plate-forme.”

Steve Jobs, co-fondateur d’Apple et allié historique d’Adobe, a déjà changé de camp. Alors que les 2 firmes californiennes ont grandi main dans la main, Photoshop étant le produit-phare des Mac pendant des années, les relations se sont tendues depuis l’arrivée de l’iPhone. Le smartphone tactile n’a jamais accueilli le format Flash.

Flash-GalvanAlors que Steve Jobs fait valoir une excuse technique, chez Adobe, on place la vraie raison dans le portefeuille: “on connaît le nouveau modèle économique d’Apple: il est basé sur l’App Store”, se défend Richard Galvan. “Avec Flash parmi l’App Store, on comprend qu’ils soient préoccupés. L’absence de Flash sur iPad n’est donc pas une surprise.” Sous-entendu: avec du Flash sur iPhone, Apple perd le contrôle de ses applications. Impensable.

Acculé, le Flash n’a plus droit à l’erreur pour prouver qu’il a sa place dans le Web de demain. Encore en développement, sa version 10.1 doit prouver que le Flash 9 n’était qu’un accident de parcours. Peu d’infos ont filtré pour l’instant. On sait juste que le nouveau Flash permettra une meilleur confidentialité des données, et qu’il intègrera le codec vidéo d’Apple, le H-264. Surtout, finie la version Lite pour mobile: ce sera le même plug-in pour tous les supports, PC, Mac, TV et smartphones. Les premiers échos sont positifs: Microsoft apprécie les démos, et les OS mobiles Android, Symbian, BlackBerry et Palm Pre l’accueilleront sur leurs téléphones. A Adobe de ne pas griller ses dernières cartouches.

Vous aimerez aussi