Frontback: “1 photo plus 1 photo… c’est bien plus que simplement 2 photos”

Frontback: “1 photo plus 1 photo… c’est bien plus que simplement 2 photos”

Envie d’en savoir plus sur Frontback, l’une des applications de selfies qui fait le buzz en ce moment?

Nous avons eu la chance d’échanger avec Frédéric della Faille, l’un des 2 co-fondateurs du service avec Melvyn Hills.

Il nous révèle les coulisses de l’application dont tout le monde parle!

 

Softonic: Comment vous-est venue l’idée de l’application et vous attendiez-vous à un tel succès? Pouvez-vous nous résumer les débuts de l aventure.

Frédéric della Faille: Frontabck a commencé comme un projet parallèle de CheckThis, une plateforme de publication sur le web, accessible depuis un navigateur. Il y a un an et demi, nous avons commencé a travailler sur CheckThis pour iPhone en essayant de restreindre la plateforme au partage de photos. L’application a été lancé mais elle n’a pas rencontré le succès escompté. Il y avait une petite communauté super active mais depuis, nous l’avons retirée de l’App Store.

First Frontback

Je cherchais à expliquer pourquoi un utilisateur aurait parfois intérêt à partager plusieurs photos plutôt qu’un Instagram. J’ai donc créé un post sur CheckThis avec les mots Front et Back (devant et derrière en français) et 2 images prises avec la caméra frontale et dorsale de mon téléphone. Je l’ai partagé sur les réseaux sociaux et, comme la majorité de mes amis sont en Belgique, ils ont pu pour la première fois voir […] mon appartement. Ils m’ont tous trouvé très fatigué mais cela a créé de l’engagement.

Les gens ne jugeaient plus du tout CheckThis comme un produit mais plutôt pour son contenu.

La communauté de CheckThis s’est inspirée de ce post. Des amis totalement non-geeks utilisaient CheckThis juste pour ça. À partir d’un certain moment, je me suis dit:
“C’est beaucoup plus puissant que ce que je ne l’imaginais”

 

C’est beaucoup plus puissant que ce que je ne l’imaginais.

J’ai créé des premiers mockups pour en faire une application autonome. Comme nous avions levé des fonds, nous ne pouvions pas nous lancer dans quelque chose de nouveau à cause de nos investisseurs.

Le co-fondateur de Frontback [NDLR: Melvyn Hills] est donc venu de Belgique à Brooklyn pendant un mois et je lui ai dit “Écoute Melvyn, c’est un secret mais on va travailler à 2 là-dessus”. Nous avons développé l’application en 4 semaines […] Frontback a tout de suite eu du succès.

Nous avons développé l’application en 4 semaines […] Frontback a tout de suite eu du succès.

En 12 heures, on avait dépassé le nombre de téléchargements de CheckThis, qui était dans l’App Store depuis je crois 9 mois.

Du fait de mes expériences passées dans la publicité digitale, j’attache beaucoup d’importance aux marques et à la communication. Le traumatisme de CheckThis, c’était que l’on avait fait beaucoup de communication mais que ça n’avait pas marché.

Pour Frontback, nous avons fait l’inverse. Nous n’avions pas de vidéo, nous n’avions pas de marketing […] nous n’avions que le produit. Comme nous avions une cinquantaine de bêta testeurs, des amis dans le monde des nouvelles technologies à New York et à Bruxelles, dans la musique également, les liens commençaient à circuler un petit peu. Nous avons été repéré par les médias tech que nous n’avons même pas contacter.

J’ai décidé de concentrer mes efforts uniquement sur le site américan qui a accepté de publier un article sur l’application.

S: Quelle est votre explication quant à la mode des selfies? Pensez-vous que cela va durer?

F:
Le selfie est un autoportrait. On lui a juste donné un nom un peu cool mais cela existe depuis toujours [..] en tout cas, nous ne sommes pas une selfie company, c’est clair!

En tout cas, nous ne sommes pas une selfie company, c’est clair!

Naissance Frontback

S: Donc, si les utilisateurs ne font pas de selfies et prennent 2 photos différentes, cela ne vous pose aucun problème.

F: Le dernier Staff Pick qu’on a choisi, c’est un enfant qui naît […]. Cela n’a rien à voir avec le selfie. Il y a beaucoup d’émotion qui se dégage de cette photo. Nous sommes vraiment plongé à l’hôpital, au moment où cela se passe. Si l’on cache la moitié de l’écran, il n’y aura pas autant d’émotion.

Nous bénéficions de cette mode du selfie. L’été passé, on  sentait un bouillonnement [..] Il commençait à y avoir des selfies un peu plus élaborés….
L’utilisateur type de Frontback, il y en a 2: celui qui vient pour le selfie et part ensuite vers des compositions photos et l’inverse est également vrai.
Un jour, un blogueur influent au Japon qui avait découvert que les gestes tactiles permettaient de passer de la caméra arrière à la caméra frontale a publié un article. Pour lui, cela changeait complètement la perception de l’appli et de ses possibilités.

C’est marrant puisqu’en général, l’utilisateur japonais poste une dizaine de photos de composition et puis tout doucement, il commence à se mettre un peu dans le cadre. C’est un peu le parcours inverse de l’utilisateur européen. Les européens commencent en général avec un selfie puis s’en lassent un petit peu. Ils passent ensuite aux compositions.

Pour l’anecdote, ces fonctionnalités de gestures me sont venues en discutant avec Jack Dorsey, le fondateur de Twitter qui est aussi un ami. Il me disait: “Tu devrais essayer de trouver une solution pour qu’on puisse prendre 2 photos de bonne qualité avec la caméra de devant”

“Tu devrais essayer de trouver une solution pour qu’on puisse prendre 2 photos de bonne qualité avec la caméra de devant”, Jack Dorsey, fondateur de Twitter

Évidemment, nous avions la trouille de casser la dynamique du produit. Nous avons lancé ces fonctionnalités sans en avoir parlé.

S: Vous avez depuis lors publié un billet sur votre blog à ce sujet…

F: On commence seulement maintenant à se sentir un peu plus prêt [pour] transformer l’utilitaire en réseau social. On peut commencer aussi à expliquer un peu mieux ce que l’on peut faire avec la caméra. On ne veut surtout pas qu’un utilisateur passe par 10 écrans d’explications. Ce n’est pas grave s’il découvre [les gestes tactiles] un peu plus tard…

S: C’est aussi ce côté création qui plait à l’utilisateur, cette impression d’avoir une appli entre les mains avec laquelle on peut vraiment s’exprimer…

F: Si quelqu’un voit ce petit bébé, le dernier Staff Pick, si quelqu’un ne connait pas encore les gestures, on présume qu’il va se poser la question suivante: “Cette personne a-t-elle vraiment fait un Frontback ou y a-t-il quelque chose que je ne connais pas dans ce produit?” L’utilisateur avancé a le droit d’avoir des trucs que l’utilisateur qui est dans sa première session n’a pas.

S: Justement, est-ce que vous diriez que ce sont ces possibilités qui vous différencie des autres apps de selfies?

F: Une photo plus une photo, ça ne fait pas 2 photos, ça fait beaucoup plus que 2 photos.

Une photo plus une photo, ça ne fait pas 2 photos, ça fait beaucoup plus que 2 photos.

Un selfie dans l’espace est assez limité. Le bras ne fait pas 2 mètres donc le cadre est toujours assez serré.

S: Est-ce que vous vous définissez comme un réseau social? Ou misez-vous plutôt sur la diffusion des liens sur Facebook et Twitter pour augmenter le nombre d’utilisateurs?

F: Clairement, nous sommes un réseau social et ce n’est pas parce que tout le monde le fait qu’on le fait.

Clairement, nous sommes un réseau social et ce n’est pas parce que tout le monde le fait qu’on le fait

Nous ne communiquons pas sur nos chiffres mais ils sont impressionnants. Il y a des choses qui se passent dans l’appli. Les utilisateurs nous demandent d’aller vers le réseau social.

Stripes Frontback

Par exemple, la semaine passée, nous avons eu une excellente surprise. L’un de nos utilisateurs à Chicago a reçu un cadeau de l’une de nos utilisatrices au Japon. Ils se sont rencontrés au travers de Frontback. Les utilisateurs s’inspirent mutuellement et se connaissent. Il y a quelque chose de terriblement fascinant là-dedans et les utilisateurs nous poussent à aller vers plus de moyens pour se connecter entre membres.

S: Chaque image postée sur Frontback possède d’ailleurs un lien URL unique. J’imagine que cela permet d’attirer les gens vers votre appli…

F: Oui, exactement. L’idée est de créer une plateforme et de maîtriser l’expérience de consultation des contenus. Aujourd’hui, c’est le mobile qui propose la meilleure expérience de consultation.

Aujourd’hui, c’est le mobile qui propose la meilleure expérience de consultation.

S: Pourriez-vous nous parler des nouvelles fonctionnalités que vous souhaiteriez implémenter à l’avenir? Sera-t-il par exemple possible de prendre 2 photos en une seule prise?

F: Le matériel ne le permet pas. Si c’était possible, on pourrait peut-être essayer mais en tout cas aujourd’hui, ni l’iPhone, ni les dispositifs Android ne permettent de le faire.

Je sais que le Samsung a une fonction de Dual Shot qui permet de prendre des photos avec les 2 capteurs en même temps mais […] je ne pense que l’utilisateur de Frontback serait satisfait par cette fonctionnalité de prendre les 2 photos en même temps. Il y a cette notion de composition. Si la photo va être partagée, nous avons toujours envie d’être à notre avantage. La scénarisation des 2 photos est hyper importante.

S: L’importation de photos depuis la galerie photo, est-ce envisageable?

F: Non, cela ne correspond pas à notre philosophie, pas pour l’instant en tout cas . L’upload de photos dénaturerait Frontback. Nous ne sommes pas dans l’urgence de considérer ce genre de fonctionnalité. Nous ne devons pas arriver à un milliard d’utilisateurs, pas maintenant en tous cas.

Nous ne devons pas arriver à un milliard d’utilisateurs, pas maintenant en tous cas.

Nous nous concentrons vraiment sur la communauté existante pour essayer de comprendre les comportement des utilisateurs, de quelles manières ils utilisent l’appli, etc.

Nous sommes vraiment extrêmement consciencieux par rapport à notre feuille de route. Nous ne voulons développer aucune fonctionnalité de manière nerveuse, à la va-vite pour essayer.

S: C’est une communauté très internationale…

F: Oui, oui. 60% de nos utilisateurs sont en dehors des États-Unis. Pour le reste, on retrouve surtout l’Amérique du Sud et l’Asie. Un peu moins l’Europe mais je sais que, depuis jeudi passé [NDLR: depuis le 1er mai], Apple nous a mis en avant sur l’AppStore dans beaucoup de pays en Europe. Cela devrait nous apporter plus de visibilité là-bas.

On fait tout de manière organique. Au jour d’aujourd’hui, nous n’avons pas encore développé d’activité ou d’idée marketing. La croissance est organique, nous ne maitrisons pas trop l’internalisation de Frontback.

S: Vous aviez annoncé plus d’un million de téléchargements sur l’AppStore d’Apple. Avez-vous d’autres chiffres quant au nombre d’utilisateurs actuels?

F: Non, on ne communique pas là-dessus. Nos chiffres sont très bons! De temps en temps, je tweete un chiffre par-ci par-là. Ce qui compte vraiment pour nous, c’est l’engagement.

Ce qui compte vraiment pour nous, c’est l’engagement.

Pilote d'avion de chasse Frontback

C’est de savoir que fait un utilisateur. C’est ça qui nous intéresse le plus, qu’il se passe quelque chose dans l’app, pas juste présenter des chiffres totaux incroyables.

S: Pour finir, quelles sont les photos les plus insolites que vous avez vu passer sur Frontback?

F: Il y en a tous les jours. Le Staff Pick est un feed qu’Elisa, la comunity manager et moi-même, élaborons avec beaucoup d’attention. Nous voyons tellement de posts avec tellement de moments différents que cela devient impossible d’en choisir un.

Un post récent qui a créé beaucoup d’émotion, c’est l’image du pilote de chasse. Un Frontback en plein vol et ça , c’est quelque chose de vraiment particulier. Un pompier belge a [aussi] publié en pleine mission.

 

Les photos qui créent de l’émotion, ce sont toutes celles qui ne sont pas de simples FrontBack.

Papouasie Nouvelle Guinée FrontbackUne utilisatrice de Paris a posté depuis la Nouvelle Guinée la semaine passée. C’est complètement incroyable. Elle a récoltée 3500 likes en 2 jours. C’est complètement inespéré!

Il faut s’imaginer qu’il n’y a pas de mode hors ligne, ni d’upload de photos donc elle y est vraiment et ça, cela crée quelque chose de particulier.

Lorsque les gens l’utilisent à un moment où on n’aurait jamais penser l’utiliser, cela créé évidemment de l’émotion au sein de l’équipe. Les photos qui créent de l’émotion, ce sont toutes celles qui ne sont pas de simples FrontBack.

 

Retrouvez vous aussi toute la communauté Frontback sur le blog officiel de l’application. Et pour vous aider à publier votre #FirstPost, voici 11 idées originales de selfies.

L’application Frontback est disponible pour iPhone et Android.

Suivez-moi sur Twitter @bbrassart

 

A lire aussi…

Frontback: l’appli pour faire des double selfies arrive sur Android

  • Lien Copié!
Commentaires en cours de chargement